AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 your love was handmade for somebody like me (monroe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
─ un pour tous, tous barrés ─
inscription : 28/12/2016
messages : 340
civil status : free but freedom is just another word for missing someone.
job, studies : lawyer, a real shark.


- NEW YEAR -
résolution :
carnet d'adresse :
disponibilité rp : fr/eng (5/3) monroe, simon, prue, sid, judith - c'est parti en cacahuète
MessageSujet: your love was handmade for somebody like me (monroe)   Dim 22 Jan - 21:08



Je suis fautif mais il faut dire que ta douceur décontenance
Tout seul j'ai perdu tout sens des convenances
Il y a plus d'un homme qui tuerait pour toi

Il avait merdé. Encore une fois, les choses avaient dérapées, il avait perdu le contrôle ou du moins il avait refusé de l'avoir. Ses mains tremblaient, c'était à peine si il pouvait tenir sa cigarette entre ses doigts. Les battements de son cœur ne ralentissaient pas, il n'y arrivait pas, à se calmer, à reprendre son souffle, ses esprits. Putain. Il s'arrêtait, les yeux fermés se contentant de cracher la fumée toxique hors de ses poumons. Prenant son visage dans ses mains, il soupirait. L'alcool et la pression de son sang lui martelait le crâne, il n'en pouvait plus. Misérable, un déchet, voilà ce qu'il était. Avançant sa capuche jusqu'au milieu de son front, il continuait de marcher, les mains au fond de ses poches. Il errait, sans but, sans destination se repassant la même scène en boucle encore et encore. Tout ça aurait pu être évité, s'il avait suivi son instinct, Drew, s'il n'avait pas bu, s'il ne s'était pas levé pour la rejoindre, s'il ne l'avait pas suivie jusqu'à chez elle, bordel, pourquoi l'avait-il suivie. Il l'avait cherché, il le savait, il ne pouvait pas le nier, mais peut-être que c'était ce qu'il voulait, peut-être qu'au fond c'était ce qu'il cherchait Drew, se détruire, se laisser brûler sans vouloir l'éviter, se faire frapper parce qu'il doit bien l'avoir mérité à un moment ou à un autre. Il n'avait pas cherché à répondre aux coups de Richie, il était trop saoul pour ça, mais surtout il l'acceptait comme une punition. A la place de Richie, il aurait sûrement agit de la même façon. C'était même certain. Son index glissait sous son nez, il voyait rouge. Tout son visage le faisait souffrir et l'alcool courant dans ses veines n'arrangeait rien à son état. Son arcade le faisait souffrir également, mais il n'y portait pas plus d'attention, il guidait à nouveau sa cigarette à ses lèvres. La tentation avait été trop forte, ou alors il s'était montré trop faible. Il se dégoutait, un goût amer dans sa bouche dont il n'arrivait pas à se débarasser. Pitoyable, il continuait de rôder sans vraiment savoir où aller.

En réalité, il savait exactement où il allait. Il ne savait juste pas si c'était une bonne idée ou pas. Elle claquerait sûrement la porte à son nez, leur dernière conversation n'avait pas été des plus agréables. Il trouverait mieux, c'était ce qu'il lui avait lancé au visage, mieux qu'elle. Ce soir, cette idée lui paraissait bien idiote. Il se laissait partir à la dérive depuis qu'elle l'avait rejeté, il n'avait pas à l'accepter, à l'oublier. Ses pas le guidaient inconsciemment vers son appartement, vers elle. C'était toujours comme ça entre vous, fuis-moi, je te suis, encore et encore. C'était comme s'ils n'arrivaient pas à se rendre à l'évidence, qu'il ne servait à rien de s'acharnait. Il était borné, Drew, en plus d'être indécis. Lui-même ne savait plus ce qu'il voulait, ce qu'il désirait. Il montait les marches, lentement, en titubant, manquant de peu de tomber. Un juron s'échappait d'entre ses lèvres alors qu'il plaquait son front contre la porte. Deux coups distincts. Silence. Ce silence commençait à lui peser. Il s'était installé au bar et toute la soirée durant il était resté, de plus en plus destructeur. Il avait besoin que la voix de Monroe vienne le percer, vienne le chasser ; il avait besoin qu'elle lui dise que tout irait bien. La porte s'ouvrait le forçant à faire un pas en arrière. Il n'osait même pas lever la tête, la regarder. La honte s'emparait de lui, comme si cette nuit n'était qu'un mauvais cauchemar, qu'il suffisait simplement de le pincer pour qu'il se réveille. Mais tout ça avait bien eu lieu. Le sang bouillant, les tempes douloureuses, les poings serrés, il n'osait pas prendre la parole. Blessé, écorché, misérable comme sa fierté, dont il ne restait que des miettes. Relevant légèrement le menton, il se demandait encore une fois pourquoi il était venu à sa porte, en plein milieu de la nuit, le nez en sang, ses sentiments à mal. Tels des aimants, ils finissaient toujours par revenir l'un vers l'autre, et même s'il ne voulait pas l'avouer, c'était bien souvent lui qui revenait à elle. Mais bordel, à quoi jouait-il ? Et si Sören était là, qu'allait-il faire, un scandale comme à son habitude ? Comme s'il n'en avait pas assez fait pour ce soir. Ses yeux bleus osaient enfin croiser son regard. Qu'elle lui avait manqué, putain. Son air innocent, les mèches de ses cheveux tombant sur son visage endormi. Elle lui avait manqué.

_________________

I'm in love with your body, and last night you were in my room, and now my bedsheets smell like you, every day discovering something brand new. i'm in love with the shape of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
inscription : 28/12/2016
messages : 34
civil status : in relationship, but it's complicated.
job, studies : teacher.


- NEW YEAR -
résolution :
carnet d'adresse :
disponibilité rp : français (1/3)
MessageSujet: Re: your love was handmade for somebody like me (monroe)   Mar 24 Jan - 5:18



Jamais il n'avait eu le courage de lui avouer son amour.
Certains jours, il pensait qu'elle était amoureuse de lui, mais comment en être certain ?
Surtout, il ne se sentait pas de taille à supporter un refus.
Il l'aimait trop pour ça. - Guillaume Musso


Monroe avait passée la semaine à corriger des copies, à monter ses cours, elle avait pris soin aussi de sortir pour boire un verre avec Agatha,parce qu'elle ressentait le besoin d'avoir une vie sociale. D'ailleurs, Agatha était l'une des principales personnes à qui Monroe se confiait sans avoir la peur constante de se faire juger. Évidemment, avec la tempête blonde, elle avait toujours droit à la vérité, au fond de sa pensée, Monroe ne manquait pas de se faire secouer un peu parfois, mais c'est de cela qu'elle avait besoin par moment et elle remerciait sa meilleure amie pour ça. Ce soir cependant, c'était plutôt tranquille; la belle brune avait sa soirée à elle seule, en solitaire. Elle en profita pour continuer ses corrections, mais elle en profita aussi pour prendre du temps pour elle. Malheureusement, la solitude faisait en sorte qu'elle était constamment dans sa tête, à penser à un tas de trucs ou plutôt un truc en particulier; sa rencontre avec Andrew qui datait de quelque temps maintenant.Cette rencontre l'avait complètement chamboulée même si elle ne l'avouerait jamais à voix haute, celle-ci était gravée dans sa mémoire à jamais.La jeune femme avait beau se plonger dans le travail, faire des tâches domestiques, il semblait vouloir revenir la hanter encore et encore; elle ne cessait pas de voir son regard bleu et ça lui créait des frissons. Dispute, dont elle entend encore les échos de sa voix dure et tranchante, il faut dire qu'elle n'a pas été très sympathique non plus, et c'est à bout de souffle qu'il avait décidé d'arrêter tout ça, qu'elle l'avait convaincue en essayant parallèlement de se convaincre elle-même d'ailleurs. Étant envahie d'une paresse énorme, la demoiselle avait décidée de se commander du chinois et d'écouter des séries en rafale pour reprendre son retard. Finalement, elle avait fini par s'endormir emmitoufler dans sa couverture alors que la télévision était toujours allumée. Deux coups distincts à la porte vinrent à la sortir de son sommeil. Sur le coup, Monroe n'eut pas de réaction encore légèrement dans les vapes, mais elle sentait qu'on avait bel et bien frapper. Venant à se lever, elle prit pour acquis que ce devait être Sören qui avait eu envie de lui faire la surprise; ils ne demeuraient pas ensemble, du moins pour le moment.

Monroe avait envie de conserver son espace avant de le partager officiellement avec quelqu'un. Bref, elle se rendit d'un pas lent jusqu'à la porte pour finalement ouvrir. L'individu présent eut un mouvement de recul et celle-ci releva les yeux au même moment où il relevait le sien. Ces yeux bleus toujours là, à la hanter encore et encore. Évidemment, la jeune femme ne pouvait pas s'empêcher de laisser voir sa surprise sur son visage. Sur le coup, la jeune femme ne prit aucunement connaissance des marques sur son visage, probablement du à la fatigue et l'effet d'être encore endormie. « Andrew, qu'est-ce que tu..» La jeune femme se stoppa net et tranquillement son cerveau semblait émerger, puis elle le dévisagea pour finalement y voir les marques de violence. Elle ouvrit un peu plus la porte et sans trop savoir pourquoi, les mots suivants franchirent ses lèvres; « Entre, reste pas là..» Femme d'une grande générosité, d'une immense bonté, elle ne pouvait pas le laisser dehors malgré le fait qu'elle lui en voulait toujours autant. Elle s'écarta de la porte et baissa le regard lorsqu'il passa près d'elle, une odeur d'alcool lui monta au nez et elle eut un soupir qui franchit ses lèvres, puis elle referma la porte de son appartement et elle vint à se retourner vers lui, ce dernier titubait et avait une sale tête. Elle s'avança tranquillement laissant tout de même une bonne distance, puis elle croisa les bras l'air sérieux pour demander; « Qu'est-ce que tu veux Andrew, la discussion a été claire la dernière fois.» Timbre de voix loin d'être doux, mais pas en colère non plus; Monroe était juste agacée, elle ne comprenait pas pourquoi il était là; pourquoi elle.  

_________________

Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre... — the notebook.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
─ un pour tous, tous barrés ─
inscription : 28/12/2016
messages : 340
civil status : free but freedom is just another word for missing someone.
job, studies : lawyer, a real shark.


- NEW YEAR -
résolution :
carnet d'adresse :
disponibilité rp : fr/eng (5/3) monroe, simon, prue, sid, judith - c'est parti en cacahuète
MessageSujet: Re: your love was handmade for somebody like me (monroe)   Ven 27 Jan - 20:51



Je suis fautif mais il faut dire que ta douceur décontenance
Tout seul j'ai perdu tout sens des convenances
Il y a plus d'un homme qui tuerait pour toi

La main posée contre le mur pour garder son équilibre, il se demandait s'il ne ferait pas mieux de partir, il était encore temps après tout. Elle allait le jeter, c'était certain, encore plus si ce Sören était là lui aussi. Ce n'était pas sa gueule en sang qui allait l'amadouer et il le savais. Elle était comme ça Monroe, elle n'était pas des femmes faciles à amadouer, à berner. Pourtant, sans vraiment s'en rendre compte, il avait marcher jusqu'ici. Il en avait besoin, de la voir. En reconnaissant le quartier de la jeune femme, il n'avait pas réfléchi plus longtemps, se laissant guider par son instinct. Lorsqu'elle ouvrait la porte, il ne relevait pas la tête. Son regard ne lâchait plus ses chaussures de honte, de fatigue, il ne savait plus vraiment. Il était aussi perdu dans ses émotions que dans ses pensées à cet instant précis. Puis prenant son courage à deux mains, il finissait par lever les yeux. Elle se contentant de prononcer son prénom avant de s'arrêter. Elle avait cette façon si particulière de le dire. A la vue de son visage, elle lui proposait de rentrer. Il enlevait sa capuche et entrait, la frôlant et se laissant les effluves de son parfum voler jusqu'à lui. Cet appartement abritait les secrets de leur nuit ensemble. Son regard parcourait rapidement la pièce, il apercevait la télevision allumée, mais n'y portait pas plus d'attention. C'était ici qu'ils étaient venus après cette fameuse soirée au bar, ce soir où ils s'étaient rencontrés. Elle avait attiré son regard, comme toutes les belles femmes le faisaient. Tout était parti d'une sorte de pari, s'il se souvenait bien, où alors l'alcool coulant dans ses veines lui jouait des tours. Une soirée au bar comme une autre, avec ses amis lui lançant le défi de la séduire. Il avait joué le jeu, Drew, comme d'habitude, avec un coup dans le nez on lui faisait faire n'importe quoi ou presque. Il lui avait payé un autre verre, ils avaient passé la soirée à parler au bar, il lui avait dit ce qu'elle voulait entendre, lui avait proposé de la raccompagner. Tout s'était enchainé très vite, ils avaient passé la nuit ensemble. Et si au départ cela ressemblait à un jeu, il s'était vite rendu compte qu'elle n'était pas comme toutes les autres. Elle avait ce quelque chose qui l'intriguait, qui lui plaisait, et plus les semaines passaient, plus il avait cette envie de la revoir, de la croiser à nouveau pour en savoir plus sur elle. Autour de la table de poker le jeudi soir, les blagues fusaient sur cette soirée, ses amis ne cessaient de lui rappeler ce pari qu'il avait gagné, mais plus ils en parlaient, plus il se disait qu'il n'avait rien gagné. Il s'était envolé avant qu'elle ne se réveille comme toujours, pour éviter les questions embarassantes, pour éviter d'être obligé de laisser son numéro. Il aurait du rester, il s'en mordait les doigts aujourd'hui. Tout aurait été différent, si différent. Il ne serait peut-être pas là le nez en sang, l'arcade chauffante, s'il était resté. S'il ne l'avait pas juste considérée comme un autre pari réussi, juste une femme à ajouter sur une liste.  Peut-être avait-il loupé le coche et que c'était trop tard maintenant. Il n'en savait rien, il voulait juste s'asseoir, sentant sa tête commencer à tourner. Il se laissait tomber dans le canapé, laissant un soupir de désespoir et de douleur s'échapper d'entre ses lèvres.  Son regard se posait sur elle qui revenait. Il se rendait malade, il se dégoutait, d'être là, saoul et ruiné. Elle n'avait pas à supporter tout ça et pourtant il ne cessait de lui imposer sa pauvre carcasse, un peu plus à chaque fois, sans lui laisser le choix.

Il souriait, ironiquement, de désespoir, en entendant l'agacement dans le ton de la voix de la jeune femme. « Je ne sais même pas ce que je fais là. Je voulais te voir, je suppose. » Il essuyait son nez en grimaçant avant de reporter son regard sur elle. Leur dernière conversation n'avait pas été une des plus agréables, il ne pouvait le nier. Il s'était laissé emporté par la colère et par la jalousie, sa fierté lui avait fait prononcer des mots qu'il regrettait aujourd'hui. Lorsqu'elle avait décidé d'en choisir un autre plutôt que lui, son égo en avait pris un coup, il ne l'avait pas supporté. Il l'avait blessé, il le savait, et il revenait vers elle priant pour qu'elle panse ses plaies, qu'elle prenne soin de lui alors qu'il ne le méritait pas. Il avait réellement pensé que leur discussion à l'université, il y a de ça quelque semaines, serait la dernière. Il avait tenté de s'en convaincre, en vain. Si pathétique. « Tu m'as manqué, Monroe. » lâchait-il en essayant d'attraper sa main. Misérable, c'était ce qu'il était. Sa tête le faisait souffrir le martyre, il laissait couler les mots, il ne faisait que dire ce qu'il pensait sans s'en empêcher. Il ne le voulait pas, après tout, il lui devait au moins ça ; être honnête. Il se sentait si détestable, il n'avait besoin que d'entendre sa voix, la voir. « Je ne voulais pas être seul, c'est tout. » Une confession comme il n'en faisait que rarement. Il s'était attaché à elle, d'autres comme Simon soupçonnerait même qu'il soit tombé amoureux d'elle. Un rire avait traversé ses lèvres lorsqu'il avait entendu ça. Il ne croyait pas à ces conneries, et pourtant il était incapable d'expliquer pourquoi il était venu ici, jusqu'à elle, et pas ailleurs. De plus, elle représentait tout ce que son père ne voulait pas pour son aîné. Contrairement à lui, elle venait d'une famille plus que modeste, et après tout, elle n'était que professeur. Pourtant, lorsqu'il la regardait toutes ces mises en garde n'avaient plus d'importance, il se fichait de son nom, il se fichait de ce que son père pouvait penser. Du bout des doigts, il survolait son arcade abîmée, puis il se levait brusquement manquant de peu de perdre l'équilibre. « Désolé, je n'aurais jamais du venir, je ne sais pas ce qu'il m'a pris. Désolé. » soufflait-il en se dirigeant vers la porte. Il ne savait plus ce qu'il voulait, Drew, il ne voulait pas être un fardeau pour elle, il ne voulait pas s'imposer, elle méritait tellement mieux. Tellement mieux que lui.

_________________

I'm in love with your body, and last night you were in my room, and now my bedsheets smell like you, every day discovering something brand new. i'm in love with the shape of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
inscription : 28/12/2016
messages : 34
civil status : in relationship, but it's complicated.
job, studies : teacher.


- NEW YEAR -
résolution :
carnet d'adresse :
disponibilité rp : français (1/3)
MessageSujet: Re: your love was handmade for somebody like me (monroe)   Ven 17 Fév - 4:28



Jamais il n'avait eu le courage de lui avouer son amour.
Certains jours, il pensait qu'elle était amoureuse de lui, mais comment en être certain ?
Surtout, il ne se sentait pas de taille à supporter un refus.
Il l'aimait trop pour ça. - Guillaume Musso


La belle brune le laisse entrer chez elle, sur ce terrain qui ne lui était pas entièrement inconnu. Cette bulle qui enveloppait ce secret qu'ils partageaient, douce nuit; où comme deux amants perdus ils s'étaient donnés à l'autre. Comme à chaque fois qu'elle le voit, il la chamboule; malgré le fait qu'elle se montre forte aux allures insensibles, au final dans son fort intérieur elle hurle. De le voir dans un état aussi lamentable la retourne complètement, il est loin d'être l'homme fier et en costume qu'elle a l'habitude de voir, ce soir dans son appartement il montre une nouvelle facette; celle de la vulnérabilité. Gardant ses distances, Monroe l'observe essaie de comprendre ce qu'il fait là. L'idée qu'il soit venue pour elle la déstabilise, mais bien sûr elle tente de chasser cette idée; idée brûlante et interdite.« Je ne sais même pas ce que je fais là. Je voulais te voir, je suppose. » Avoua-t-il simplement, comme si c'était normal;  pleine de simplicité. Avalant sa salive, la belle brune ne broncha pas toujours les bras croisés contre sa poitrine alors que leurs regards se croisèrent. Où était passé l'étincelle du battant? Il semblait avoir pris le large pour ce soir, c'était nouveau pour Monroe de voir Andrew de cette façon. « Tu m'as manqué, Monroe. » Baissant légèrement le regard, la jeune femme mis ces propos sur le dos de l'alcool, il fabulait probablement du moins c'est ce qu'elle essaie de se convaincre en fait, même si au fond elle savait pertinemment qu'il était sérieux. Depuis qu'elle le connaissait, l'avocat n'avait jamais fait de cachettes, il avait toujours été droit au but avec elle; peut-être trop d'ailleurs ce qui venait déstabiliser la demoiselle n'ayant jamais rencontrée d'hommes aussi confiants et entreprenants que lui. Venant à se pincer les lèvres, elle vint à relever son regard vers lui alors que sa voix rauque brisait le silence dans la pièce;  « Je ne voulais pas être seul, c'est tout. »   Malgré ce qu'on pouvait croire, Monroe était loin d'être une femme insensible et les paroles d'Andrew vinrent à la percuter, son petit coeur se serra dans sa poitrine. Puis, soudainement sans crier gare; il vint à se lever probablement prêt à prendre la fuite à quitter les lieux.« Désolé, je n'aurais jamais du venir, je ne sais pas ce qu'il m'a pris. Désolé. » Elle demeura là, comme une idiote à le regarder s'éloigner pour atteindre la porte d'entrée non sans difficultés, puis sortant finalement de sa léthargie et de son mutisme elle s'avança vers lui en disant; « Tu peux pas repartir, pas dans ton état.»

Elle sentit sa gorge devenir sèche alors qu'elle se trouvait un peu plus près de lui, s'humectant les lèvres la jeune femme reprit la parole; « J'ai pas envie d'avoir le blâme s'il t'arrivait quelque chose et qu'on savait que tu quittais mon appartement complètement ivre.» Sa voix était ni trop douce, ni trop dure non plus, replaçant une mèche de ses cheveux; le silence s'installa et pour camoufler son léger malaise de se retrouver là avec lui, la jolie brune brisa le silence en disant; « Va t'asseoir, je vais chercher la trousse de premiers soins.» Cette fois-ci, il n'avait aucune raison de s'obstiner. D'ailleurs, en se rendant chercher la fameuse trousse dans sa pharmacie, Monroe se demandait pourquoi elle faisait tout ça, elle aurait clairement pu le laisser partir, oui elle aurait clairement pu; mais, elle ne la pas fait. Quelques minutes plus tard, elle revient avec la fameuse trousse et elle le retrouve assis sur le canapé le regard dans le vague, sans un mot; elle dépose la trousse sur la table basse et l'ouvre pour y chercher le nécessaire, puis elle s'avance vers lui toujours silencieuse pour commencer à jouer les infirmières. Elle ne croise pas son regard, du moins elle essaie; pourtant une question lui brûle les lèvres et c'est après de longues minutes qu'elle ose lui demander; « Est-ce que l'autre mec est aussi amoché que toi?» Se pinçant les lèvres, après avoir soufflée cette question, Monroe croise brièvement le regard d'Andrew et une partie d'elle, souhaiterait qu'il est plus souffert que l'autre mec alors que l'autre partie déteste le voir comme ça.
HRP:
Spoiler:
 

_________________

Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre... — the notebook.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: your love was handmade for somebody like me (monroe)   

Revenir en haut Aller en bas
 
your love was handmade for somebody like me (monroe)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» your love was handmade for somebody like me (NOVA)
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
★ AS YOU WISH :: ─ block of flats-
Sauter vers: